Château du Warthenberg-Daubenschlagfelsen

description

Un château fort arraché de l’oubli

Au-dessus d’Ernolsheim-lès-Saverne, les archéologues ont mis au jour, depuis bientôt trente ans, un châ¬teau fort inconnu qui a longtemps porté le nom du rocher sur lequel il avait été érigé et nommé le Dauben-schlagfelsen par les habitants du lieu. En effet, ceux-ci venaient ici, à l’équinoxe de printemps, «Dùweschlaje», c’est-à-dire lancer dans la nuit des dis¬ques incandescents, une tradition appelée ailleurs «Schiewèschlàje».
Les ruines du Daubenschlagfelsen étaient connues au XIXe siècle, puisqu’elles sont briève¬ment mentionnées par plusieurs auteurs (sources : « Le château fort de Warthenberg », par le Centre de recherches archéologiques médiévales 1991). Cependant, ni les historiens, ni les archéologues ne se sont alors intéressés à ces vestiges. Ce n’est qu’en 1979 qu’une équipe de recherche réussit à identifier les ruines comme étant celles d’un château fort de l’époque romane. Elle se lance dans des fouilles et met au jour de très nombreux éléments qui composent généralement une forteresse médiévale : donjon, mur bouclier et remparts, logis, dépendances, accès, puits et citernes, chapelle, voire fossé…

Mais quel était ce château inconnu ? Qui l’avait construit? Quand? Pour-uoi ?

Autant de questions qui, apparemment étaient sans réponse et les chercheurs se trouvaient là, devant une sorte de forteresse fantôme surgie en plein XXe siècle. Le cas n’est pas unique dans les annales : d’autres châteaux dont on ne connaît ni le com¬mencement, ni la fin, ni même parfois la localisation, interpellent, dans cer¬tains ouvrages, l’historien ou l’archéologue.
Cependant le Daubenschlagfelsen trouve bientôt un nom. En effet, plusieurs historiens, et parmi les plus fiables, penchent pour le choix du Warthenberg qui, tout en n’ayant jamais été localisé, pourrait bien être la forteresse qui est mentionné dans un acte de l’abbaye de Neuwiller, en 1158.
Dans quel contexte, le présumé Warthenberg a-t-il été construit ?

Tentons une explication : en 1158, Hugues de Dabo, comte de Metz et de la puissante famille des Eguisheim-Dabo est avoué de l’abbaye de Neuwiller, alors que les Hohenstaufen, concurrents des Eguisheim-Dabo en Alsace, sont au faîte de la gloire avec l’accession de Frédéric Barberousse au trône impérial quelques années auparavant. Les Eguisheim-Dabo possédaient alors une puissante ligne de fortification du sud au nord de l’Alsace et étaient alliés aux grandes familles rhénanes, voire d’Outre-Vosges.

Les fouilles ont bien confirmé qu’il s’agit d’un château du XIIe siècle. Ce château qu’on pense être le Warthenberg pouvait très bien avoir sa signification dans la politique castrale des Eguis¬heim-Dabo, dont la puissance s’éteindra à la mort sans descendance de Gertrude de Dabo, en 1225. Année qui vit le déclenchement de la fameuse guerre de succession. Rien pour l’instant ne prouve pourtant que la brièveté de l’existence du Daubenschlagfelsen-Warthenberg soit due à cette guerre. Toujours est-il que le château a, sans doute, été très vite abandonné. En effet, de nombreux détails (dont le fossé inachevé) prouvent que la forteresse est restée en partie au moins en chantier. Plus tard, elle a même servi de carrière, notamment en 1515,  notamment pour la construction d’un pont à Dossenheim-sur-Zinsel comme le pense l’archiviste Bernhard Metz qui se base sur un texte du comte de Hanau-Lichtenberg (études médiévales n° 4).

À voir
Le rocher du Daubenschlagfelsen domine Ernolsheim à 402 m d’altitude. I l est long de 190 métres et large de 50 métres. Il est composé d’un fossé inachevé de 12 métres de largeur, d’un dispositif d’entrée , d’un mur bouclier (sans doute le plus ancien d’Alsace) d’une épaisseur de 3,80 métres contre  lequel s’appuie un donjon de plan carré (de 11 m de côté et de 3 m d’épaisseur conservé sur une hauteur de 2,2 m de hauteur), un bâtiment d’habitation à l’est du donjon, un grand habitat à 50 métres vers le nord et deux citernes à filtration.

Informations

Informations pratique

Entrée libre
Animaux acceptés

La visite de ce château s’effectue sous votre entière responsabilité. Les ruines sont fragiles, faites attention où vous marchez. Pour permettre à tous d’en profiter et garantir votre sécurité, merci de ne pas escalader les murs ni arracher ou déplacer de pierres, ne pas vous approcher du vide et bien surveiller vos enfants… Bonne visite

Le château est situé sur le Chemin des châteaux forts d’Alsace  sur l’étape n°8 qui va de La Petite Pierre à Ernolsheim-lès-Saverne.

Logo chemin chateaux forts d'Alsace

Accès

Pour accéder au site partir de l’église d’Ernolsheim-lès-Saverne.

à proximité

Carte interactive